Histoire

Das kleine Glück

Logements de vacances

   Histoire

Cette histoire débute il y a cinquante ans, lorsque “Dees” livrait, avec son camion, des pommes de terre auprès de Clemens et Hildegard à Bullange. Dees était agriculteur, il vendait et livrait le lait de ses vaches, il avait une petite meunerie et il vendait des pommes de terre. A l’époque, il n’y avait pas d’autoroutes et il emprunta les routes nationales. Il n’était pas évident de faire l’aller-retour en une seule journée. D’autre part, les possibilités de chargement et de déchargement n’étaient pas comparables à aujourd’hui. Lorsque Dees arriva à Bullange, il ne devait pas chercher où passer la nuit. Le couple lui offrait toujours le logement et ils passèrent de très agréables soirées ensemble. Ils devinrent ainsi de très bons amis. Au cours d’une de ces soirées (richement arrosées) Dees a eu l’idée d’aménager une grange avoisinante en logement de vacances C’était un commerçant et il avait senti l’intérêt croissant des flamands pour cette belle région. Clemens qui savait que Dees avait des idées judicieuses, décida d’aménager un logement (celui de gauche).

 

Plus tard, en 1972, on termine la Construction de l’autoroute Bruxelles – Liège (E40). Alice (l’épouse de Dees) parle toujours avec beaucoup d’éloge de cette belle région chez son coiffeur et chez leurs amis. Mon père – le coiffeur - était tellement curieux qu’il décida de louer le logement et d’y passer ses vacances avec sa famille….

 

C’est là que j’interviens… j’étais le cadet d’une famille de 4 enfants et un père coiffeur (j’avais à l’époque cinq ans et j’avais trois sœurs). Nos premières vacances s’étaient tellement bien passées que nous allions désormais chaque année y passer nos vacances. Nous en avons de très beaux souvenirs….construire des digues dans les cours d’eau, la pêche en compagnie de papa, les promenades, les diners succulents au restaurant, le lac de Bütgenbach pour la nage et le bronzage, les cascades de Coo (actuellement Plopsa-Coo), son téléphérique (monte-siège) et la descente des rivières en canoë, la visite des musées de guerre, l’exploration du Luxembourg et de l’Allemagne (Monschau et Aix-en-Chapelle), les sorties vers le tripoint à Our, accompagner Clemens pour la traite des vaches, mes tentatives pour communiquer en allemand aves les enfants locaux, la visite du château de Reinhardstein, le parc zoologique de Hellenthal avec son show à oiseaux de proie, etc., etc... .

 

Pour mon père à l’époque (vers la moitié des années 70) le déplacement fut un véritable périple. Un coiffeur qui ne prenait quasiment jamais la voiture devait alors faire une trotte de 200km jusqu’à Bullange, en passant par la ville de Bruxelles, parce que le Ring n’existait pas encore. Le passage à travers Bruxelles représentait pour nous (les enfants) un moment de silence, il fallait se taire parce que papa devait pouvoir se concentrer sur le trafic. Cette période de silence nous la remplissions en admirant cet immense Atomium. Juste avant les vacances, il fallait aussi rentrer la voiture au garage pour un grand entretien. Imaginez, il fallait quand même parcourir 6 à 700km en quelques semaines. Jadis, c’était une raison pour passer au garage. Au cours de l’année aussi nous y allions, lorsqu’il y avait de la neige. Régulièrement on allait skier. Plus tard, les amis ou d’autres membres de la famille nous accompagnaient. Nous louions alors les deux logements, c’était l’idéal. En vacances ensemble, mais quand même chacun son privé. Pendant des années nous sommes ainsi allés à Bullange, jusqu’à ce que Hildegard et Clemens devinrent trop âgés pour organiser la location. Ils ont commencé par louer le logement de gauche à plus long terme, pour un bail pluriannuel. Nous pouvions alors encore louer le logement de droite, mais plus tard ils ont décidé d’arrêter complètement la location de vacances.

 

Nous arrivions pas à quitter la région et pendant plusieurs années consécutives, nous logions dans différents endroit dans le coin. Mais ce n’était plus jamais comme avant. Notre “maison à nous” nous manquait. Hildegard et Clemens sont décédés depuis et la propriété est passé à leur fils Günther. En 2009, pendant un séjour dans les environs, j’ai vu que les maisons étaient à vendre. Je me suis renseigné et j’ai décidé de les acheter. Les deux logements étaient loué, mais en très peu de temps les deux locataires ont quitté (une jeune fille seule est allée habiter auprès de son compagnon et le couple dans le deuxième a eu un autre enfant et ils sont allés à la recherche d’une habitation plus grande). L’occasion se présentait et j’ai donc décidé d’entièrement rénover les maisons et de les louer comme logements de vacances.

 

Nous avons bien avancé et aujourd’hui les logements sont prêts à accueillir des gens qui pourront eux aussi profiter de la région et des maisons. Ils pourront, tout comme nous, s’y faire de beaux souvenirs de vacances.

 

Nous espérons que vous (comme je l’ai fait moi) puissiez aussi découvrir et apprécier la chaleur, la beauté et le gemütlichkeit (convivialité) de la région !

 

Joris.

© 2015 DAS KLEINE GLÜCK - VAKANTIEWONINGEN